Considéré comme une des plus belle rivière du département de la Loire, le Lignon du forez (également appelé Lignon de Chalmazel) pour le distinguer du lignon de Haute-Loire est un affluent important de la Loire qu'il rejoint en rive gauche en aval de Poncins.


D'une longueur totale de 58 km, il prend sa source a 1340m d'altitude dans les tourbières des Monts du forez sur les communes de Chalmazel et Jeansagniere.

Ces tourbières, résultat du comblement d'anciens lacs de l’époque glacière, sont la richesse du Lignon; elles retiennent l'eau lors des fortes précipitations et la relargue en période estivale, ce qui lui permet de garder un certain débit et une bonne qualité d'eau en période d'étiage; il a ainsi traversé la sécheresse de 2003 sans impact notable, contrairement à de nombreux cours d'eau du secteur.

Il traverse des zones de forêts et de pâtures. De nombreux petits ruisseaux viennent alimenter le cours d'eau principal.


Arrivé à Chalmazel, le Lignon est devenu une petite rivière de 3 m de large.

1km en aval, au lieu dit Pont de chevelière, il reçoit les eaux de son premier affluent important, la Vialle, qui descend de la station de ski de chalmazel ; le Lignon devient alors une rivière de 5 a 8 mètre de large .

Un seuil qui permet d'alimenter une micro centrale est le seul obstacle artificiel jusqu’à la retenue de pontabouland.

A l'aplomb du hameau de Champcolomp, le lignon entre dans une vallée encaissée et boisée dont il ne ressortira qu'a Sail sous couzan. En amont du lac du barrage de pontabouland, il reçoit les eaux du Pierre-brune, son plus gros affluent amont.


Il arrive alors sur une succession de trois barrages : Pontabouland, Vaux et La Baume qui dénature quelque peu cette belle rivière.


La limite aval de notre secteur se situe à l'amont du lac de retenue du barrage de Pontabouland


Le Lignon sort de cette belle vallée encaissée en amont de Sail-sous-Couzan, pour devenir une magnifique rivière de la plaine du Forez avec la particularité d'avoir une population d'ombres communs de souche.

Vue sur le Lignon au Pont Neuf

Quelques photos du Lignon du forez et de ses habitantes!!!!!

Toutes les techniques de pêche sont praticables en remontant jusqu'à Chalmazel. Que ce soit aux appâts naturels, aux leurres ou à la mouche, le Lignon vous offrira des parcours sauvage et magnifique.

Chaque année, des truites au-delà de 50cm y sont prises.

Au-dessus de Chalamzel, l'étroitesse de la rivière n'empêche pas les bonnes surprises.

 

L'attitude des truites y est parfois désarmante - mais ne serait-ce que la beauté du parcours vaut le détour.


Qualité piscicole

Toute la partie amont du Lignon (au-dessus de la retenue de Pontabouland) présente une bonne qualité piscicole.

Seuls truites et chabots (et écrevisses à pattes blanches sur certains ruisseaux) sont présents.

 

La densité est globalement bonne, classée même très forte sur certains secteurs.

On peut le décomposer en 3 secteurs :

 

La zone des gorges (aval de la confluence avec la Vialle) présente une densité moyenne, les crues hivernales dans cette partie encaissée ayant tendance à "lessiver" les frayères, la densité en truitelles est souvent en-dessous du niveau escompté pour une rivière de ce calibre. Le recrutement en juvénile se fait pas dévalaison. Par contre ce secteur est le royaume des belles truites, qui peuvent dépasser les 50cm.

 

La zone intermédiaire (amont de la confluence avec la Vialle jusqu'à Jeansagnière) : la densité en truite de tout âge est excellente. Les milieux sont ouverts, la nourriture y est abondante.

 

Les sources (partie boisée jusqu'à 1200-1300m et les hautes chaumes) : la densité y est également très bonne. La taille des truites adultes reste modeste, la température de l'eau restant basse (même en pleine été, elle dépasse rarement les 12°C), la croissance est plus faible.

 

Les petits affluents recèlent également de jolies populations de truites.