Politique de gestion piscicole

La Truite du Haut-Lignon s'est engagée il y a maintenant plus de vingt ans dans une gestion patrimoniale stricte sur la totalité de son parcours.

Depuis 1992, plus aucun alevinage, plus aucun lâcher de truite surdensitaire ni introduction de boîte vibert n'ont été effectués.

Notre objectif est de pouvoir proposer aux pêcheurs de partir à la découverte d'un parcours relativement préservé, sans aménagement et de trouver comment tromper la vigilance des truites farios sauvages .

Le but n'étant pas le panier, mais le plaisir d'un moment au bord de l'eau.

En parallèle, afin de satisfaire tous les pêcheurs et de permettre la pratique d'une pêche plus accessible qu'au bord de nos cours d'eau de montagne, le plan d'eau des Champas, situé sur la commune de Sauvain, a été agrandi en 1999.

 

Régulièrement empoissonné en truites arc-en-ciel, il permet la pratique d'un pêche accessible aux plus jeunes et aux plus anciens.

 

Le lieu a également été aménagé pour accueillir les familles (aire de pique-nique, point d'eau potable et toilettes,....) et les personnes à mobilité réduite.

 


La Truite du Haut-Lignon s'est donnée 3 grandes lignes directrices pour répondre aux missions dévolues à une A.A.P.P.M.A. en fonction du contexte géographique et environnemental dans lequel elle évolue :

 

 1 - Gestion patrimoniale totale sur l'intégralité des lots qu'elle a en gestion : aucun alevinage , ni lâchers de truites surdensitaires,

 

2 - Restauration et préservation des milieux aquatique, plus particulièrement la préservation des petits ruisseaux en tête de bassin,

 

3 - Initiation et découverte de la pêche et des milieux aquatiques.

1 - Gestion patrimoniale

A travers cette gestion patrimoniale, la Truite du Haut-Lignon s'est engagée dans la préservation de la souche locale de truite fario atlantique.

Suivant les cours d'eau, la robe des truites peut varier malgré la proximité des cours d'eau.

La gestion patrimoniale s'appuie sur les capacités du milieu à offrir les conditions nécessaires à la reproduction naturelle des truites.

 

La population de truite est donc entièrement dépendante de la fraie naturelle.

 

Celle-ci peut être très variable d'une année sur l'autre, suivant les conditions "hydrologiques" de l'automne et de l'hiver.

 

Le niveau des eaux à l'automne conditionne beaucoup l'accès aux frayères.

 

La fraie se produit très tôt dans la saison; si les conditions le permettent, on peut voir des truites en activité sur les frayères dès la mi-Octobre.

 

Voir en page Environnement/Espèces emblématiques/Truite fario pour une petite explication imagée de la reproduction de la truite.

 

De même, durant l'hiver, les conditions aléatoires suivant les années peuvent anéantir la reproduction ; que ce soit les faibles débits par grands froids qui peuvent exonder des frayères ou les grosses crues générées par une fonte brutale de la neige.

 

La reproduction avait été très bonne à l'automne 2010. La quantité d'alevins au printemps 2011 était impressionnante.

De même les conditions ont été très bonnes à l'automne 2014 et durant tout l'hiver.

 

Frayère sur le Lignon
Frayère sur le Lignon

La reproduction naturelle suffit aujourd'hui à garantir une densité et une répartition des populations qu'on peut qualifier de correcte à excellente sur la plupart des cours d'eau.

Seuls quelques petits ruisseaux dont les sources sont à moins de 1000m d'altitude, comme le Pralong ou le Ruisseau d'Essende, et qui souffrent d'assecs partiels les années de sécheresse présentent un déficit en truites.

 

Bien entendu, les aléas climatiques ont des effets sur les populations de truites d'une année sur l'autre.

Août 2009 a vu l'orage du "siècle" s'abattre sur les hauteurs de Chalmazel et a entraîné une crue dévastatrice.

De même, à l'été 2013 - entre fin Juillet et début Août - des pluies diluviennes se sont déversées sur le nord des Monts du Forez (voir les photos de la crue ci-dessous).

Au contraire, l'été 2015 aura été sec et chaud avec des débits très faibles. Mais il n'y a pas eu de mortalité notable sur les petits ruisseaux.

 

La fonte des neiges génèrent également, suivant les années, des coups d'eau très marqués qui peuvent "lessiver" les frayères.

 

Les parties intermédiaires du Lignon, du Pierre-Brune ou du Vizézy coulants au fond de vallées encaissées, les crues génèrent des vitesses d'eau importantes qui peuvent être dévastatrices. On se rapproche de la physionomie des gardons cévenols avec des étiages parfois sévères et des crues marquées.

La qualité des nombreux petits affluents permettent une bonne colonisation de la rivière par dévalaison.

De plus, les truites de souches sont habituées et donc adaptées à ces caractéristiques hydrologiques et sont plus à même de vivre dans un tel milieu.


Ci-dessus le Lignon en crue le 08 Août 2013

Lieu : au Pont Neuf (entre Sauvain et Saint-Georges en Couzan)

Ci-dessous le Lignon dans des conditions estivales "normales"


2 - Préservation et restauration des cours d'eau et des milieux aquatiques

Les Monts du Forez étant la zone géographique de l'AOC Fourme de Montbrison, l'agriculture locale est essentiellement tournée vers l'élevage de vaches laitières.

On y trouve également des élevages porcins et ovins.

 

La Truite du Haut-Lignon s'est ainsi engagée dans la préservation de ruisseaux contre le piétinement bovin. Elle pose, en accord avec les propriétaires, des clôtures en barbelés ainsi que des passes à clôtures pour limiter les détériorations lors du passage des pêcheurs.

 

Depuis 2005, plusieurs ruisseaux ont ainsi été traités.

 

Les photos ci-dessous  montrent le résultat obtenu sur un ruisseau : à gauche celles réalisées en Mai 2005 au moment des travaux et à droite, celles faites en 2008, 3 ans plus tard. 




Alors que le lit du ruisseau était recouvert de limon, de terre, que les berges étaient affaissées, 3ans plus tard on retrouve un ruisseau avec des berges stabilisées, des courants qui vont creusés des caches sous les berges, un lit plus "propre"; le limon et la terre ont disparu et ont laissé place à du sable et des petits cailloux.

Ce ruisseau qui avait connu des assecs en 2003 (quasi total) et en 2005 a malheureusement connu un nouvel épisode d'assec en Août 2011 qui a entraîné un mortalité importante. Néanmoins certains secteurs restent toujours en eau, ce qui maintient une petite population de truite.

 

3  - Découverte de la pêche et des milieux aquatiques

Chaque année, avec le concours des animateurs du SYMILAV, la Truite du Haut-Lignon accueille des classes de primaire pour une découverte des milieux aquatiques de nos montagnes et une première prise de contact avec la pêche.

 

Sur une demi-journée ou une journée, les enfants vont ainsi découvrir la richesse des ruisseaux de montagne et s'essayer à la pêche


Pratique de la pêche

En se lançant dans une gestion patrimoniale, la Truite du Haut-Lignon a souhaité également promouvoir une pêche plus soucieuse des milieux naturels, plus "qualitative" et moins "quantitative".

 

Nous encourageons les pêcheurs à pratiquer une pêche moins "agressive" - hameçon sans ardillon - remise à l'eau d'une majorité de vos prises maillées.

 

Les propriétaires nous accordent le droit de passage, respectons leurs propriétés :

  • fermez les barrières après votre passage,
  • n'abandonnez pas vos déchets de pêche sur place,
  • ne piétinez pas les cultures ni les prés, notamment lorsque l'herbe est haute
  • utilisez les sentiers.

 

Respectez les accès aux parcelles et propriétés en vous garant.

 

Vous pêchez en montagne, sur des cours d'eau dont l'accès à certaines parties est difficile, voir dangereux.

Si vous partez seul, signalez à vos proches où vous allez pêcher.

 

Respectez également les autres pêcheurs ; si vous arrivez sur un parcours où un autre pêcheur est déjà en action, ne lui "pourrissez" pas sa partie de pêche en vous positionnant juste en amont. Allez le voir pour lui demander jusqu'où il compte pêcher.

 

 

Techniques de pêche

Toutes les techniques de pêche de la truite peuvent se pratiquer.

 

Que ce soit à la mouche (sur le Lignon, la Vialle, le Pierre-Brune ou le Vizézy), aux leurres, cuillers, vairon manié (bien qu'il n'y ait pas de vairon sur les parties amont que nous avons en gestion) ou aux appâts naturels ( ver de terreau, teigne, porte-bois, sauterelles,...), vous trouverez les conditions idéales pour pratiquer votre technique préférée.

 

Parcours de pêche spécifique

Nous n'avons pas instauré de parcours spécifique de pêche (no-kill, patrimonial,...).

 

Nous ne souhaitons pas distinguer les différents modes de pêche. Les 150 km de cours d'eau sont suffisamment diversifiés pour donner satisfaction à tout le monde.